Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Salade de (restes de) blanc de poulet rôti #Antigaspi 7 août 2017


Avec ce qu’on trouve sous la main

Chez nous, on aime le poulet rôti (fermier et bio de préférence), mais on ne goûte que modérément au blanc. Dès lors, que faire avec les restes? On avait la variante potée asiatique (ici: UnTrucSucréSaléFaitDeBricEtDeBrocVaguementAsiatique), mais en pleine canicule, l’envie d’un plat plus frais s’est fait sentir. En plus, dans mon PanierBio de la semaine, j’avais toute une série de jolies olivettes (petites tomates allongées) mûres à point et juteuses (le blanc de poulet, c’est un peu sec quand même). L’idée d’une salade de poulets aux tomates est née.

Je vous livre la mienne? Allez! Mais en fait, le principe est simple, on y met dedans ce qu’on a dans les placards et le frigo.

  • le blanc d’un poulet rôti découpé en petits cubes
  • des olivettes coupées en jolies tranches
  • une gousse d’ail fraîche hachée (+ celles contenues dans la carcasse de la bête, cuites donc)
  • quelques brins de ciboulette, quelques fleurs de marjolaine, un peu de basilic ciselé (le tout du jardin et fraîchement cueilli, of course)
  • une bonne cuillère de curry jaune en poudre (on en trouve des très bons et bios dans le commerce, mais on peut aussi le faire soi-même)
  • de l’huile d’olive et de sésame (vierge toastée pour plus de goût) et du vinaigre (j’ai utilisé du vinaigre de framboise artisanal)
  • du sel, du poivre

Chauffer doucement l’huile d’olive dans une poêle
Y mettre l’ail haché, le faire rissoler gentiment
Ajouter les fines herbes et le curry, laisser mijoter encore un peu et mettre à refroidir
Préparer une sauce à salade avec l’huile d’olive et de sésame, le vinaigre de framboise (deux cs d’huile pour une de vinaigre), le sel et le poivre
Y ajouter la sauce au curry refroidie, les olivettes et les dés de poulet, mélanger et laisser reposer une heure au frigo, c’est prêt.

Délicieux et rafraichissant, nourrissant et fort en goût: bon appétit!

 

En ce début d’automne (très ensoleillé), il y eût: 13 septembre 2014


 

Gâteau aux pruneaux #Vegan (tarte aux quetsches pour les Frouzes) 8 septembre 2014


A la différence de n° 2 qui kiffe les mirabelles, prunes et autres pruneaux (ce que les Français appellent quetsche, quelle drôle d’idée), je ne suis pas vraiment fan de ce type de fruits. Pas que je n’aime pas, c’est pas mauvais, mais bon… voilà. Pastèque, melon, cerise, framboise, myrtille (fin d’été, début d’automne), mûre ou pêche, mes goûts fruitiers seraient plutôt estivaux, voyez? Mais bon, quand on choisit les paniers bio comme Le panier de l’abeille et ben… on est parfois un peu – à l’insu de son plein gré – monomaniaque. Genre tomates en grappes, en tiges, cerise ou cœur de bœuf (des VRAIES, pas des clones brevetés sans goût!) ou chou à profusion à toutes les sauces et, en ce moment, donc… pruneaux en quantité!

J’ai deux fois de suite, testé ça: CakeSaleAuxPruneaux. Au cours d’un apéro sympa. Notamment. Et c’est bon. Vraiment.

Mais samedi, invités chez des amis, nous avons eu droit à un gâteau aux pruneaux absolument délicieux. Madame avait fait la pâte. C’était un régal. Du coup, avec tous ces pruneaux qui restaient là à attirer les mouches à vinaigre, j’ai tenté, moi aussi, le coup: pâte brisée maison incluse (recette Betty Bossi) et liaison (avec changements persos) de Manuella Magnin (journaliste au Femina). Pas mal, jugez plutôt:

Pâte brisée (recette Betty Bossi avec variante sucre roux):
200 g de farine
1 pincée de sel
80 g de sucre de canne brut
120 g de beurre froid coupé en morceaux
1 petit œuf (ou un grand dont on ne met pas tout le blanc)
850 g environ de pruneaux dénoyautés et coupés en morceaux
3 c.s. d’amandes moulues
Liaison (recette Manuela Magnin SANS maïzena):
2 dl de lait
1 dl de crème
1 œuf
3 cs de sucre roux

  • Mélanger la farine, le sel et sucre dans une terrine
  • Ajouter le beurre et travailler à la main jusqu’à obtenir une masse grumeleuse
  • Ajouter l’œuf et rassembler rapidement en une pâte souple mais SANS pétrir
  • Mettre au frais pendant au moins 30 minutes
  • Dénoyauter les pruneaux, les couper en quatre
  • Moudre les amandes (celles-ci sont moins chères entières et c’est très facile et rapide de les moudre)
  • Mélanger au fouet le lait, la crème, l’œuf et le sucre, réserver au frais
  • Abaisser la pâte sur un peu de farine, foncer la plaque et piquer la pâte si désiré
  • Couvrir le fond de la pâte avec les amandes moulues
  • Disposer joliment les morceaux de pruneaux
  • Couvrir de la liaison
  • Enfourner à 220° pendant 45′ environ
  • Servir tiède ou froid
 

En cette fin de printemps, il y aura eu (en vrac et dans le désordre): 28 juin 2014


 

Curry d’aubergine #VEGAN #BIO 1 septembre 2013


1 grosse aubergine
2 cs d’huile d’olive
1 cc à graines de cumin
1 oignon moyen émincé grossièrement
2 petits piments rouges Piri-piri forts coupés finement
1 petit tronçon de gingembre frais pressé (pas facile à trouver hors épiceries bio spécialisées)
1 grosse gousse d’ail pressée
1 cs de pâte de curry (là aussi, pour le bio… on repassera)
1 tomate moyenne coupée en dés
1 yoghourt nature (110 à 150 g)
1/2 botte de coriandre fraîche hâchée
du sel

  • Préchauffer le four à 230° (en cas de four à air chaud, baissez le thermostat de 10 à 20°)
  • Couper le pédoncule! Ça vous évitera la mésaventure qui m’est arrivée: une aubergine boursouflée et gonflée à bloc par la chaleur et qui éclate au moment où j’ai tenté de la récupérer dans le four… Paf! De l’aubergine partout!
  • Placer la dite coquine sur la grille du four où elle va cuire 20 à 30 minutes
  • La sortir, la laisser refroidir quelque peu pour mieux la peler
  • Couper l’aubergine en morceaux
  • Pendant ce temps, mélanger dans un bol les morceaux de tomate, le cumin, l’ail, le gingembre et le curry
  • Chauffer l’huile dans la poêle, y faire fondre l’oignon
  • Ajouter la mixture contenant tomate, ail, gingembre, cumin et curry, mélanger soigneusement et laisser mijoter une à deux minutes à feu moyen à fort
  • Ajouter le yaourt, l’aubergine et le piment et bien mélanger à nouveau
  • Saler
  • Couvrir et laisser cuire à 10 minutes à feu moyen
  • Réduire le feu, ôter le couvercle, laisser mijoter 5 minutes à feu doux.
  • Couvrir de coriandre fraîche et servir avec du riz, des naans ou de la pita

J’ai trouvé cette recette dans mon panier bio hebdomadaire du Panierdel’Abeille
et l’ai un peu adaptée (à mes placards, mes envies) comme d’hab’!

Et si y a pas de photo, c’est que j’ai tout bâfré pratiquement dans la casserole, tellement c’était bon!

 

Pampered tomatoes have less to give 20 avril 2013


Curieux titre qui sous-entend que les tomates cultivées de manière conventionnelle (distorsion des mots, quand tu nous tiens…), – soit avec moult pesticides et engrais – seraient « chouchoutées »…

Même si, en lisant plus loin, on comprend le propos, à savoir que les tomates qui doivent se battre pour croître et prospérer sont, certes jusqu’à 40% plus petites, mais sont surtout plus riches en sels minéraux, antioxydants et vitamine C (jusqu’à 55% en plus!). C’est que, clame une étude brésilienne, les tomates bios possèdent, de fait, plus et de meilleurs nutriments. Une raison de plus de manger bio. Et de faire la nique à ceux qui prétendent que la valeur des aliments est la même, bio ou pas. Bien sûr, bien sûr…

Organically grown tomatoes may be 40% smaller than the conventionnally farmed varieties, but they have higher levels of antioxidants, including considerably more phenolic compounds and 55% more vitamin C, according to a Brazilian study.
While pesticides and artificial fertilisers have made life easy for conventionally farmed tomatoes, the organic variety must fend for themselves, and the researchers believe it is this stress that promotes greater concentrations of health-giving chemicals. *

Healthy food guide, issue 24, May 2013,

* Parions que pour le système immunitaire, il en va de même? Au lieu de vacciner à tout va, vivons bien, vivons mieux, mangeons mieux et plus sain, bougeons plus.

 

Cet été, il y eut (entre autres): 22 août 2012


# Je raconte mon été en images

 

 
%d blogueurs aiment cette page :