Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Tarte tatin de poires au lard et à la sauge absolument délicieuse! 2 octobre 2016


Une première pas trop mal réussie

Une première pas trop mal réussie

Ce premier essai – dé-li-cieux! – d’une recette trouvée sur LeMenu avec des poires du PanierDelAbeille appelle trois remarques:

  1. Ma plaque plus grande que celle prévue par la recette aurait mérité plus de poires. Les poires ont en effet perdu du volume à la cuisson et si j’en avais déjà mis deux de plus, j’aurais pu sans autre en ajouter encore une ou deux de manière à remplir l’entier de la plaque.
    Ça aurait permis à la pâte de véritablement coller aux poires et pas à la plaque. Le fait que la pâte caramélise sur la plaque a rendu son « renversement » difficile et j’ai bataillé ferme pour ne pas en faire de la charpie.
  2. La prochaine fois, je mettrai moins de lard dans chaque poire, je diviserai par deux chaque tranche. D’ailleurs, je pense que j’achèterai plutôt du lard chez ma bouchère (qui ne contient ni glucose, ni sirop de glucose ce qui n’est pas le cas de celui vendu par la grande distribution) que je réduirai moi-même en lardons (moins cher) et que je parsèmerai sur toute la tarte.
  3. On l’a dégustée froide au retour d’une balade sous la pluie, une fois séchés, avec un bon thé à la cannelle (sans sucre!), mais m’est avis que tiède, elle doit être encore meilleure.

1 abaisse ronde de pâte feuilletée (perso, la pâte brisée, oui, mais feuilletée, je sais pas faire)
ou un bloc de pâte à étaler soi-même (moins cher)

40 g de sucre
1 cs d’eau
30 g de beurre (recette originale 25 g)
1 cs de feuilles de sauge finement ciselée + une tige avec quelques feuilles pour la déco
du lard (la recette disait 12 tranches de lard cru, 2 par poire)
6 petites poires mûres, pelées, coupées en deux et évidées (la quantité dépend de la grandeur de la plaque)

sauge, sel de vin (ou fleur de sel) et poivre

  • Etaler la pâte, mais ne pas la poser dans la plaque, la piqueter et la poser sur une grande assiette et la réserver au frais
  • Caraméliser le sucre avec la cuillère à soupe d’eau dans une casserole, ajouter le beurre, le laisser fondre, verser le tout uniformément dans la plaque
  • Saupoudrer de la sauge ciselée
  • Enrouler les tranches de lard, les placer dans le creux des poires et placer celles-ci lard vers le bas dans la plaque sur le caramel et la sauge
  • Couvrir avec la pâte et presser les bords de la pâte vers le bas entre la plaque et les poires
  • Cuire 30 à 35 minutes à 200°
  • Sortir, laisser reposer 5 minutes
  • Retourner sur un plat
  • Décorer d’une tige de sauge, saler et poivrer

 

 

Gâteau aux pruneaux #Vegan (tarte aux quetsches pour les Frouzes) 8 septembre 2014


A la différence de n° 2 qui kiffe les mirabelles, prunes et autres pruneaux (ce que les Français appellent quetsche, quelle drôle d’idée), je ne suis pas vraiment fan de ce type de fruits. Pas que je n’aime pas, c’est pas mauvais, mais bon… voilà. Pastèque, melon, cerise, framboise, myrtille (fin d’été, début d’automne), mûre ou pêche, mes goûts fruitiers seraient plutôt estivaux, voyez? Mais bon, quand on choisit les paniers bio comme Le panier de l’abeille et ben… on est parfois un peu – à l’insu de son plein gré – monomaniaque. Genre tomates en grappes, en tiges, cerise ou cœur de bœuf (des VRAIES, pas des clones brevetés sans goût!) ou chou à profusion à toutes les sauces et, en ce moment, donc… pruneaux en quantité!

J’ai deux fois de suite, testé ça: CakeSaleAuxPruneaux. Au cours d’un apéro sympa. Notamment. Et c’est bon. Vraiment.

Mais samedi, invités chez des amis, nous avons eu droit à un gâteau aux pruneaux absolument délicieux. Madame avait fait la pâte. C’était un régal. Du coup, avec tous ces pruneaux qui restaient là à attirer les mouches à vinaigre, j’ai tenté, moi aussi, le coup: pâte brisée maison incluse (recette Betty Bossi) et liaison (avec changements persos) de Manuella Magnin (journaliste au Femina). Pas mal, jugez plutôt:

Pâte brisée (recette Betty Bossi avec variante sucre roux):
200 g de farine
1 pincée de sel
80 g de sucre de canne brut
120 g de beurre froid coupé en morceaux
1 petit œuf (ou un grand dont on ne met pas tout le blanc)
850 g environ de pruneaux dénoyautés et coupés en morceaux
3 c.s. d’amandes moulues
Liaison (recette Manuela Magnin SANS maïzena):
2 dl de lait
1 dl de crème
1 œuf
3 cs de sucre roux

  • Mélanger la farine, le sel et sucre dans une terrine
  • Ajouter le beurre et travailler à la main jusqu’à obtenir une masse grumeleuse
  • Ajouter l’œuf et rassembler rapidement en une pâte souple mais SANS pétrir
  • Mettre au frais pendant au moins 30 minutes
  • Dénoyauter les pruneaux, les couper en quatre
  • Moudre les amandes (celles-ci sont moins chères entières et c’est très facile et rapide de les moudre)
  • Mélanger au fouet le lait, la crème, l’œuf et le sucre, réserver au frais
  • Abaisser la pâte sur un peu de farine, foncer la plaque et piquer la pâte si désiré
  • Couvrir le fond de la pâte avec les amandes moulues
  • Disposer joliment les morceaux de pruneaux
  • Couvrir de la liaison
  • Enfourner à 220° pendant 45′ environ
  • Servir tiède ou froid
 

Mon premier gâteau à la rhubarbe qui est réussi. Merci Melina! 30 avril 2011

Filed under: Je cuisine,Printemps — essaipat @ 17:00
Tags: , , ,

Mon estomac n’y croyait plus. Je suis l’auteure d’un gâteau à la rhubarbe qui ne te fiche pas des acidités à la première bouchée, qui est moelleux à souhait, sucré juste ce qu’il faut et parfumé, ha! parfaitement. Bref, ce gâteau est une merveille et c’est en partie grâce aux talents culinaires et journalistiques de ma collègue Melina (qui sévit ici: Oh, la rhubarbe! Dans la cuisine de Melina et ici aussi: Le Matin, ainsi que grâce à une pâte brisée sucrée faite main (qui est à se relever la nuit pour la manger crue).

 

Pâte brisée sucrée Betty Bossi

Mélanger dans une terrine:
200 g de farine (bio bien sûr, what else?)
1 pincée de sel
80 g de sucre
Ajouter 120 g de beurre froid, coupé en petits morceaux, travailler en frottant la mixture entre les mains de manière à former une masse uniformément grumeleuse
Ajouter un œuf et rassembler en une pâte souple sans pétrir. A l’inverse du pain, là, il s’agit de faire vite et efficace.
Couvrir d’un linge et laisser reposer au frais (env. 30 minutes).

  • Pendant ce temps, couper les bouts de la rhubarbe, bien la peler, la couper en tronçons, mélanger ceux-ci à une cuillère à soupe de sucre dans un bol et laisser goger dans son jus.

Liaison Betty Bossi (encore)

Fouetter énergiquement:
2 dl de lait
1 dl de crème
1 œuf
1 cs de maïzena
3 cs de sucre

  • Abaisser la pâte sur un peu de farine (perso, c’est là que ça s’est gâté un poil: bonne la pâte, mais alors inétalable, crebleu! j’ai fini en modelage à la main au fond de la plaque…)
  • Saupoudrer d’une fiche couche de noisettes moulues
  • Répartir uniformément les morceaux de rhubarbe
  • Verser la liaison sur le tout
  • Enfourner à 220° 45 minutes environ.
  • Miam!

 

P.S.: les Français disent tarte là où nous, on dit gâteau

 

 
%d blogueurs aiment cette page :