Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Salade de (restes de) blanc de poulet rôti #Antigaspi 7 août 2017


Avec ce qu’on trouve sous la main

Chez nous, on aime le poulet rôti (fermier et bio de préférence), mais on ne goûte que modérément au blanc. Dès lors, que faire avec les restes? On avait la variante potée asiatique (ici: UnTrucSucréSaléFaitDeBricEtDeBrocVaguementAsiatique), mais en pleine canicule, l’envie d’un plat plus frais s’est fait sentir. En plus, dans mon PanierBio de la semaine, j’avais toute une série de jolies olivettes (petites tomates allongées) mûres à point et juteuses (le blanc de poulet, c’est un peu sec quand même). L’idée d’une salade de poulets aux tomates est née.

Je vous livre la mienne? Allez! Mais en fait, le principe est simple, on y met dedans ce qu’on a dans les placards et le frigo.

  • le blanc d’un poulet rôti découpé en petits cubes
  • des olivettes coupées en jolies tranches
  • une gousse d’ail fraîche hachée (+ celles contenues dans la carcasse de la bête, cuites donc)
  • quelques brins de ciboulette, quelques fleurs de marjolaine, un peu de basilic ciselé (le tout du jardin et fraîchement cueilli, of course)
  • une bonne cuillère de curry jaune en poudre (on en trouve des très bons et bios dans le commerce, mais on peut aussi le faire soi-même)
  • de l’huile d’olive et de sésame (vierge toastée pour plus de goût) et du vinaigre (j’ai utilisé du vinaigre de framboise artisanal)
  • du sel, du poivre

Chauffer doucement l’huile d’olive dans une poêle
Y mettre l’ail haché, le faire rissoler gentiment
Ajouter les fines herbes et le curry, laisser mijoter encore un peu et mettre à refroidir
Préparer une sauce à salade avec l’huile d’olive et de sésame, le vinaigre de framboise (deux cs d’huile pour une de vinaigre), le sel et le poivre
Y ajouter la sauce au curry refroidie, les olivettes et les dés de poulet, mélanger et laisser reposer une heure au frigo, c’est prêt.

Délicieux et rafraichissant, nourrissant et fort en goût: bon appétit!

Publicités
 

Mes premières papas arrugadas et leur mojo picòn #Vegan 2 mars 2017


Une recette tout droit venue des îles Canaries. Les mojos, verts, rouges, piquants ou pas, sont servis à tous les repas comme accompagnement pour le pain et/ou les viandes et poissons. C’est très très bon et typique des Canaries.

Des patates (plutôt petites, à chair ferme, mais moelleuse)
Du gros sel marin en quantité
De l’eau

Trois à quatre gousses d’ail
1 cuillère à café de sel
1 à 2 piments rouges mi-forts
1 cuillère à café de cumin
1 cuillère à soupe de paprika en poudre fort ou mi-fort selon les goûts
1 pincée de brins de safran
250 ml d’huile d’olive
un peu de vinaigre

  • Mettre les patates dans une casserole
  • Verser de l’eau jusqu’à les recouvrir
  • Ajouter une à deux (selon la quantité de patates) grosses poignées de sel marin (l’eau doit être TRÈS salée)
  • Cuire les patates jusqu’à tendreté
  • Les égoutter et les remettre dans la casserole
  • Remettre la casserole sur le feu (feu doux), remuer légèrement en laissant l’eau s’évaporer en entier jusqu’au moment où les patates prennent un aspect ridé
  • Réserver au chaud ou servir
  • Mélanger dans un broyeur, mortier ou mixer tous les ingrédients et les réduire en fine purée
  • Ajouter une cuillère à soupe de vinaigre, goûter, en ajouter si nécessaire

Les Papas arrugadas se servent telles quelles avec leur mojo picòn ou en accompagnement d’un poisson ou d’une viande.

 

Cake aux carottes moelleux #vegan (presque) #bio (à confectionner un ou deux jours avant) 10 mars 2016


Prenez le temps de moudre les amandes, râper les carottes et zester le citron vous-mêmes avec vos petites mains. Les aliments fraîchement moulus et râpés dégagent une saveur incomparable.

4 œufs moyens dont on sépare le blanc des jaunes
1 pincée de sel
150g de sucre de canne brut (pour le goût un peu plus prononcé que le sucre blanc)
1 citron, tout le zeste
1 cuillère à café de cannelle moulue
250g de carottes râpées fin (non pelées, elles donnent plus de goût et conservent leurs vitamines)
125g d’amandes moulues
60g de farine de kamut* (ou une autre farine de son choix)
1 cuillère à café rase de poudre à lever (je sais, c’est mal, mais mon seul essai avec du bicarbonate de soude s’est révélé être un désastre, dès lors…)
Glaçage (à faire au dernier moment, sinon il sèche et devient inutilisable):
3 cuillères à soupe de gelée de raisinets ou d’une confiture de son choix, lisse (sans grains), chauffée
250g de sucre glace
2 cuillères à soupe de jus de citron
un peu d’eau si nécessaire

*Cette ancienne variété de blé, d’une jolie couleur jaune mordoré, moins chargée en gluten, est plus digeste. On la trouve dans les magasins spécialisés diététiques.

  • Râper les carottes. Moudre les amandes. Zester le citron.
    Je sais, c’est long, mais c’est incontestablement bien meilleur.
  • Battre les blancs avec le sel en neige ferme. Ajouter le sucre et continuer à battre jusqu’à ce que la masse brille. Incorporer les jaunes d’œufs, le zeste de citron, la cannelle, les carottes et les amandes.
  • Mélanger la poudre à lever à la farine et tamiser celle-ci par-dessus la préparation. Incorporer délicatement le tout. Verser dans le moule à cake.
  • Cuire 40 à 45 minutes (surveiller les 5 dernières minutes) dans la moitié du four préchauffé à 180° (160 et n’importe où dans le four si à chaleur tournante).
  • Laisser refroidir dans le moule. Démouler et poser sur une grille.
  • Une fois froid, couvrir le cake avec la gelée ou la confiture tiède. Laisser sécher.
  • Mélanger sucre glace, citron et éventuellement un peu d’eau en un glaçage épais.
  • Recouvrir le cake avec et laisser sécher le temps nécessaire selon qu’on souhaite un glaçage tout blanc ou, comme le mien, légèrement marbré.
  • Décorer de carottes en massepain. Ou pas.

La recette, un peu modifiée au niveau des ingrédients, est tirée du magazine LeMenu.
Il y est dit que le cake est encore meilleur un ou deux jours après… on n’a pas vraiment eu le temps de vérifier…

 

Pain à la farine de kamut bio et levain maison #vegan 25 octobre 2015


Pour le levain maison

  • 30 grammes de farine de kamut. Ou de seigle: plus la farine est complète (et vivante), plus le levain a de chances de réussir
  • Même quantité d’eau de source ou pure. Les bloggeur/euse(s) s’accordent à dire « pas d’eau du robinet, ni d’eau minérale » sauf si vous vivez à la montagne comme moi et que l’eau du robinet a le goût métallique et frais des torrents.
  1. Mélangez eau et farine.
  2. Laissez reposer légèrement couvert dans un pot en verre.
  3. Répétez l’opération avec 10 g de farine et 10g d’eau (1 cl) au moins trois jours de suite après 24 heures jusqu’à l’obtention de bulles qui signifient que le levain se nourrit de vos ajouts et croît.
  4. Tant que vous nourrissez le levain, il vit. Plus vous le nourrissez régulièrement, plus il est doux et peu acide. Son odeur doit être agréable au nez.

Vous trouverez ici (un super blog qui m’a bien aidée) des recettes et quoi faire avec votre levain vivant quand vous partez en vacances: MonLevainEnVacances

Pour le pain au kamut avec du levain maison

  • Entre 180 g et 200 g de levain maison
  • 500 g de farine de Kamut
  • 3 dl 1/2 d’eau tiède
  • 1 cc 1/2 de sel (le pain sera très peu salé)
  1. Mélanger le tout (au pétrin avec un crochet ad hoc ou à la main).
  2. Former une boule.
  3. Laisser reposer sous un linge mouillé 8 heures minimum jusqu’à ce que le pain ait doublé de volume.
  4. L’aplatir et rabattre les bords de chaque côté.
  5. Le poser sur une feuille de papier chemisée sur la plaque et le laisser reposer encore une demi-heure minimum.
  6. Poser un bol d’eau très chaude à son côté (ou dans la friteuse du four, si vous en avez une).
  7. L’enfourner dix minutes dans le four préchauffé à 240° (220 si four à air chaud).
  8. Baisser le four à 180° (160° pour le four à air chaud) SANS OUVRIR LA PORTE et le laisser cuire encore 30 minutes.
  9. Le pain doit être doré et sonner creux quand on frappe dessus.

Bon appétit!

Pourquoi faire son pain de kamut avec du levain maison?
Y a quelques temps déjà que le pain est plus ou moins banni de chez nous. En cause, quelques intolérant(e)s au gluten* et dysfonctionnements digestifs et gastro-intestinaux un peu trop récurrents. Mais… le pain, c’est si bon! Dès lors, il valait la peine de tester le kamut**. Vendue ici par MaLozèreBio, la farine du Moulin de Colagne, « obtenue sur meule de pierre en silex affinée par le système Soder » (what is it?), serait de l’avis du commerçant moins riche en gluten et plus digeste. Tentons! La farine, jaune clair, est ma-gni-fi-que. On voit immédiatement qu’elle est de qualité. Attention, elle est chère: 11 francs suisses le kilo. Mais le pain se garde une semaine sans problème et est toujours aussi goûteux.
Avec de la levure de boulanger bio (qui contient du gluten), c’est délicieux et… eurêka, aucun souci gastrique à l’horizon!
C’est là qu’une bonne âme cueilleuse-confectionneuse-artisane suggère alors de « faire ton levain toi-même. Rien de plus simple ». Sur internet, les recettes se ressemblent à quelques détails près (injonction de ne pas utiliser de métal alors que d’autres disent que ça n’a aucune importance, et grammage un poil différent de l’une à l’autre), mais on trouve une forme de cohérence que je décide d’appliquer plus ou moins. Le pain est incroyablement beau, croustillant et dé-li-cieux.

Inconvénients:

  1. Le prix (mais la qualité, ça se paie et le pain se garde). Avec un kilo, on fait deux pains, ce qui est un peu plus cher que dans le commerce, mais même là, le bon pain de qualité (bio et à la farine complète) se paie dans ces eaux-là.
  2. La préparation du levain (trois jours minimum avant la première fournée) et son « nourrissage » chaque jour.
  3. Le temps de levage (avec le levain, ça passe d’une heure trente à 8 heures de temps de repos). Faut juste s’organiser différemment.
  4. Vu le succès, on est obligé d’en refaire chaque deux jours, voire tous les jours. Et… pour avoir du levain en quantité suffisante, il faut de la patience.

Avantages:

  1. Le pain est bon. Vraiment.
  2. Digeste.
  3. Il se garde longtemps sans perdre de sa saveur.

* ou aux additifs divers ajoutés, ces fameux foodmap
très présents dans les produits industriels!

** « Ancienne variété de blé dur, de grande valeur nutritive (…)
cultivée dans le croisant fertile de l’Egypte ancienne
et de Mésopotamie, il y a 5000 ans » (Bio-Logique).

 

Cet été très chaud et en ce début d’automne chamarré, il y eût: 20 octobre 2015


 

Scaloppine di vitello al limone (escalopes de veau au citron), recette minute 31 mai 2015


Comme souvent dans la cuisine italienne, il existe autant de recettes d’un même plat que de cuisinières. J’ai choisi, pour ma part, une des plus simples à exécuter pour un résultat top.

Autant d’escalopes (plutôt fines) de veau* que d’invités à table
un citron pour 3 à 4 personnes
un peu de farine (de riz pour les intolérants au gluten)
de l’huile d’olive
du sel

  • Enfariner soigneusement les escalopes
  • Exprimer le jus du citron
  • Chauffer une bonne quantité d’huile dans une poêle
  • Y jeter les escalopes enfarinées et les faire frire sur les deux côtés
  • Ajouter le jus de citron (tout ou en partie selon le nombre de convives et le goût plus ou moins citronné désiré) et une goutte d’eau
  • Faire sauter le tout rapidement jusqu’à obtenir une crème de citron lisse et crémeuse.
  • Servir chaud.

* On peut aussi faire la recette avec du poulet,
mais je trouve le veau plus tendre (et il a moins besoin d’être cuit)
et il existe plus souvent en version bio

 

Papillons aux tomates cerise et basilic #vegan #vitefait 12 janvier 2015

Filed under: Eté,Je cuisine — essaipat @ 09:42
Tags: , , , ,

Ingrédients pour 4 personnes:
400 grammes de pâtes papillons (on peut aussi prendre des penne ou des coquillettes)
une grosse barquette de tomates cerises (ou olives, ou petites jaunes, ou les trois ensemble)
un peu d’huile d’olive
un bouquet de basilic frais (ou congelé)
du sel
du poivre

  • Pendant que les pâtes cuisent selon les indications sur le paquet, couper en quatre dans le sens de la longueur les tomates et ciseler le basilic par dessus.
  • Egoutter les pâtes. Verser une à deux cuillères à soupe d’huile d’olive dans la casserole, la chauffer, y faire revenir quelques bonnes minutes les tomates et le basilic pour que les saveurs se mélangent bien entre elle
  • Saler et poivrer
  • Ajouter les pâtes, mélanger et servir.

D’autres recettes sympas et un planificateur de menus intelligent: CuisineKoocook

 

 
%d blogueurs aiment cette page :