Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Le levain #bio maison, c’est pas contrariant #vegan 6 mai 2016


Cela fait déjà quelques temps maintenant que je confectionne mon pain (une miche de 250 g tous les deux jours) à la farine de kamut* (pour des petits soucis gastro-intestinaux que nous causaient les farines actuelles, même bio, trop chargées en gluten). Pain doré que je laisse tranquillement monter sous un linge humide toute la nuit grâce à mon levain maison. Et laissez-moi vous dire que le levain, c’est pas quelque chose de contrariant!

Simple à faire (la recette, ici: LevainMaisonToutFacile), il est d’un naturel facile à vivre parfaitement confondant. Mieux, il n’est pas compliqué au quotidien non plus! Une amie que j’ai initiée à la technique le fait au miel liquide (à raison d’un nourrissage sur deux), ses enfants préfèrant le goût (il faut dire que le pain au levain a un petit goût aigre que, personnellement, j’adore, mais…) et le laisse… au frigo. Il est entendu – dans les recettes que j’ai compulsées – qu’il faut le laisser à température ambiante et mettre le dosage précis et exact de farine et d’eau (ou de miel) chaque jour. Et bien, devinez, son levain se porte comme un charme. Pour ma part, il trône sur le bord de la fenêtre ombragée, je mesure très précisément chaque nourrissage, il prend le frais (au frigo jusqu’à trois mois sans problème) quand je pars en vacances et lui aussi se porte comme un charme.

Le seul – et unique! et essentiel! – critère étant l’aspect et l’odeur. Il doit sentir légèrement aigre et doit buller, un peu comme une mousse aux fruits onctueuse (d’une autre couleur). Je trouve, pour ma part, qu’il sent le bircher ou la crème Budwig (c’est suisse, tout ça, les gens) et j’aime beaucoup ça. Je le respire chaque jour et ainsi vérifie qu’il est vivant, qu’il sent bon comme il doit et qu’il va me faire un pain, moins bombé qu’avec de la levure du commerce, mais délicieusement parfumé et sain.

Ah, une dernière chose: parmi les raisons au plus grand nombre d’intolérants au gluten – dont les blés trop chargés pour faciliter la panification dans l’industrie –, il y a aussi le temps de levage, trop court qui ne dégrade pas suffisamment le gluten. Résultat, celui-ci continue son travail dans votre estomac d’où maux de ventre et grosse fatigue. En le laissant lever toute une nuit (ou 8 heures), on a un pain beaucoup plus digeste. Suffit de s’organiser.

 

 

* farine d’un joli jaune doré que j’utilise aussi bien pour le pain, les crêpes, les cakes

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s