Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

La pinte du paradis à Aigle 20 novembre 2015


Le cadre est… enchanteur! Imaginez: dans la cour du château d’Aigle, pas moins! Car oui, la vieille ville d’Aigle autour du château est belle. Très. Ce qui n’est pas le cas du reste de la cité, on est d’accord.

De nuit, c’est féérique. Côté places de parc, ça l’est moins, mais comme quelques pas à pied n’ont jamais tué personne (voire même font du bien), marchez nom de dieu!

De jour, la terrasse enchâssée dans les vignes est une merveille, surtout en automne.

Quant à la carte: superbe! Nous avons dégusté (entre autres) un os à moelle parfait, des lentilles à la crème double (oui, je sais, de prime abord, ça fait peur) et saucisson vaudois exquis, de très très bons roestis gratinés, un foie gras poêlé sur un tartare de bœuf (oui, je sais, de prime abord…) impeccable. Belle mise en assiette, petite carte soignée, intéressants crus vaudois goûteux, la cuisine est parfaite, le lieu est joliment agencé.

On y a même appris une chose, c’est qu’on peut très bien garder son verre d’un vin à l’autre, même en passant du blanc de l’apéro au Gamaret du repas. Ça s’appelle « garder son verre aviné » (joli, non?) et c’est assez intelligent pour tout dire puisque trop souvent les verres « propres » ont une odeur (de linge) peu agréable.

Seul bémol: l’accueil… Etrange. Entre ironie et froideur, on en est restés un peu circonspects pour tout dire. Bon, c’est vrai qu’on a un souci dans ce coin de pays: on confond trop souvent politesse et amabilité (on peut être poli sans être aimable) et, parfois, la retenue toute protestante de cette vaudoisité se mue en ce qui pourrait être interprété comme un ricanement (un peu comme les Parisiens parlent aux montagnards d’ici, voyez mieux?).
Je trouve qu’on pourrait proposer aux restaurateurs et commerçants de notre belle Romandie de, avant toute chose, commencer par être simplement gentils avec les clients. Souriants. Sans chichis inutiles. De leur vouloir du bien. Qu’en dites-vous?

La gentillesse est trop souvent sous-estimée.
Elle est pourtant d’une importance capitale
dans la bonne marche des relations humaines.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s