Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Dubaï, c’est comment, en vrai? 26 octobre 2014


Il circule sur Dubaï quantité de clichés et il est vrai que je me reconnais plus dans les personnes refusant d’y mettre les pieds (pour absence de démocratie, esclavage moderne, etc.) que dans celles que la destination attire tel un aimant pour son clinquant, ses tours dont la plus haute – pour quelques temps encore – du monde, son luxe et son côté bling-bling.

Une amie chère y est installée depuis deux ans avec homme et enfants (4) pour cause d’expatriation. Elle et sa famille s’y trouvent bien. Pas de meilleure configuration pour aller y jeter un œil en profitant de son éclairage de résidente. Une semaine sur place ne permet guère de se faire une idée exacte et exhaustive, néanmoins, j’y ai aimé:

  1. la propreté! Alors oui, le concept même de propreté va avec un certain standing de vie, une forme d’éducation et une volonté politique d’assurer l’hygiène. N’empêche c’est VRAIMENT agréable.
  2. la tolérance (apparente en tous cas) envers les autres cultures et modes vestimentaires notamment. Jamais je ne me suis sentie en décalage avec les Émiratis qui pourtant revêtent – tant les hommes que les femmes – la tenue traditionnelle (TRÈS habillée). Point de regard appuyé sur mes mollets à l’air libre ou sur les touristes ne respectant à l’évidence pas le code vestimentaire dubaiote (inscrit à l’entrée des Mall, il demande qu’épaules et genoux soient couverts et ne tolère pas les hommes en short). Sur la plage, les Françaises en bikini côtoient les Musulmanes en burkini (celles qui se baignent) ou en niqab (celles qui restent assises sur le sable), ou les Libanaises en costume de bain une pièce avec paréo. Certes, les communautés ne semblent pas communiquer beaucoup entre elles, mais il ne flotte aucune agressivité dans l’air. Ceci dit, autant les femmes en niqab en Europe me hérissent le poil, autant le comportement de certains touristes et résidents expatriés me chagrine en pays musulman. Je suis chez eux, le minimum est que je m’adapte à leurs coutumes et habitudes (quoi que j’en pense).
  3. la diversité des voiles portés par les femmes musulmanes. C’est là qu’on mesure à quel point les extrémistes de tous bords ne représentent pas une population dans son entier. Coloré, strict, chamarré, noir et couvrant, lâche, en chignon gracieux, vaporeusement déposé sur les cheveux, la diversité de cette coiffe est à elle seule une carte du monde bariolée et joyeuse.
  4. l’absence d’agressivité. Le sentiment de sécurité. Je vais sans doute paraître réac, mais quand t’es une fille, accompagnée d’une mini-moi blonde, le sentiment de ne rien risquer est important. Oui.
    Prendre un taxi seules, négocier dans un souk, parler avec des hommes qui, de par leur culture, ne sont pas censés le faire, mais ne t’agressent pas (ni ne te reluquent des pieds à la tête tel un morceau de viande), ça m’a plu. C’est un sentiment que je n’ai ressenti, ni au Maroc, ni en Égypte. Alors oui, c’est sûr, on n’est pas en démocratie, téléphone et communications sont étroitement surveillés, la charia régit le pays et Facebook et Twitter sont interdits  (dérogation tacite pour les touristes qui les ont sur leur téléphone). Alors oui, on est d’accord, vivre à Dubaï, sans être expat et sans bénéficier dès lors de privilèges que n’ont pas les Émiratis, ça fait pas trop envie. Mais en touriste, c’est sympa et bien agréable.
  5. les prix. Même dans les Mall où les marques sont toutes présentes et toutes pareilles au reste du monde, il est possible de faire quelques bonnes affaires. Une razzia chez H & M (je sais, c’est mal) nous aura coûté entre 30 et 50% de moins qu’en Suisse pour les mêmes produits. Dans les souks, si on sait négocier (je déteste ça), on peut faire de très bonnes affaires. Attention aux faux qui y sont légion.
  6. la nourriture. Excellente, la plupart du temps! Et copieusement servie (un plat pour deux suffit largement bien souvent). Dans les Mall, toutes les cuisines du monde sont présentes. Fisch & chips ou libanais, on s’est régalées.

J’y ai moins aimé:

  1. La chaleur moite. Nous y sommes allées mi octobre. C’est un peu tôt. Tu dégoulines du matin au soir. La meilleure période se situe entre mi-novembre et mars. Du coup, tu ne sors de la maison – climatisée – que pour monter dans une voiture – climatisée – et te rendre dans des Mall, hôtels, restaurants – climatisés. Question prendre l’air, j’en suis restée un peu frustrée.
  2. la mer chaude!!! A la tombée de la nuit, nous nous sommes rendus à la plage de Dubaï. Propre, large, belle, sûre: tout le monde laisse ses valeurs – clés, porte-monnaie, sac à main – à vue, négligemment posées sur le sable. Pensant m’y rafraichir, j’ai eu la surprise d’avoir plus chaud dans l’eau que dehors!
  3. l’absence d’authenticité et d’originalité. Pour les petits produits du coin, authentiques et tout, il faut se rabattre sur les dattes ou les pâtisseries orientales (difficiles à ramener). On est quand même au pays du luxe et de la mondialisation poussée à l’extrême. J’ai trouvé plus facile de dénicher des produits belges que dubaïotes.

N.B.: je ne suis PAS guide touristique! Dès lors,
je ne fais que donner MON avis selon MON ressenti.
Merci d’en tenir compte avant de m’aboyer dessus pour un quelconque « déni de réalité ».

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s