Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Je cours. 5 minutes par jour. Tous les jours. Semaine 1 (10 au 17 août 2014): 20 août 2014


Je me suis mise à la course à pied. Ça faisait un moment que ça me titillait. Une dizaine de kilos en trop, une envie grandissante de bouger, ma nouvelle vie à la montagne où les occupations autres qu’en plein air sont rares, des enfants autonomes et plus de temps pour moi, le besoin d’être dehors tôt le matin (je suis matinale, moi), autant de raisons me poussant à tenter la course à pied. Mais… mais… j’ai autant de souffle qu’une limace, probablement. Mais… mais… courir vingt à trente minutes quand on manque mourir d’étouffement au bout de deux… Bref, autant de raisons qui font que, jusqu’à peu, je prenais mon – petit – vélo et allais faire un – petit – effort chaque jour. Car, en vélo, tu vas vite (si, si) et en montagne, vite, ça veut dire que tu es… vite en montée. C’est dur la montée. J’en étais là de mes profondes réflexions quand une étude largement publiée dans la presse affirma que cinq minutes de course à pied, c’était TOUT AUSSI bénéfique pour la santé que trente!!!!

Tadam! Que voilà une bonne nouvelle! Cinq minutes, je devais quand même pouvoir y arriver. Non? Surtout que j’avais déjà des chaussures de course (moches) que je n’utilisais que très peu.

Semaine 1 (en vacances au bord du lac de Côme):

  • Le premier jour, j’ai bien cru mourir. Cinq minutes, qu’est-ce c’est long! Pour me remettre, il m’a fallu continuer à marcher d’un bon pas et j’ai donc fait une bonne grosse balade sous une légère bruine (l’été 2014 ne mérite même pas ce nom). C’est devenu une habitude: cinq minutes de course, une demi-heure à une heure de marche ensuite le matin quand y a personne ou presque, un vrai plaisir que je déguste à fond.
  • Le deuxième jour, une (très!) grosse cloque au talon droit vient gâter ma jolie motivation. La faute à de mauvaises chaussettes pas du tout adaptées. Je cours quand même ces cinq très longues minutes et je sors le talon de ma chaussure pour finir ma balade en claudiquant. Un pansement spécial cloque et des chaussettes anti-glisse conçues pour la course à pied me remettent sur les rails pour le lendemain.
  • Le troisième jour, je suis percluse de courbatures. S’asseoir… marcher… aie!
  • Le quatrième jour, je me lève trop tard, il me faut amener mini-miss à son cours de planche à voile, je ne fais que les cinq minutes de course. Fière, je suis, quand même.
  • Le septième jour, les 5 minutes ont passé comme une lettre à la poste. J’ai trouvé mon rythme: de toutes petites foulées. Et je regrette déjà de quitter ce bord du lac si bucolique. Et plat.

Recommandations: de bonnes chaussures ET des chaussettes anti-glisses spéciales course à pied. Le short joli, tout ça, voire le t-shirt anti-transpi, ne sont que la cerise sur le gâteau, à s’offrir pour se féliciter.

Constatation: la course à pied, ça accélère le transit intestinal (et ce, même si tout allait bien auparavant de ce côté-là).

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s