Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

La cuisine comme concept 7 octobre 2013


J’aime cuisiner, j’aime manger et je suis une dévoreuse de fruits et légumes crus ou cuits, les végétaux étant mes préférés loin – très loin – devant la viande et le poisson. Je suis d’ailleurs une fan absolue du PanierBioDel’Abeille auquel je suis abonnée depuis deux ans. C’est donc sans à priori et plutôt enthousiaste que, à l’occasion de Namasté (première édition très réussie d’un salon de la nature, des médecines alternatives et de la santé aux Diablerets), j’ai goûté aux assiettes végétariennes de Benjamin et de Sylvie.

De ce « voyage » en trois assiettes au pays du « cru, vivant, vibrant, un peu sauvage », je suis ressortie quelque peu marrie et pas complètement convaincue. Ce que j’en pense?

  1. J’ai dans ma (longue) vie mangé bien des herbes (et même un gratin de berce à tomber, ici: DécouvertePlantesSauvages), légumes et algues divers et variés, plus goûteux. En effet, ce que j’ai mangé était fade, pas assaisonné ou presque, à l’image du riz et des lentilles jetés tels quels, sans sel, ni poivre…, le quinoa à peine un peu plus. Et puis, je veux bien à la limite (re)découvrir le goût du chou cru ou mariné, voire en sushi, ou encore celui de betteraves en lamelles sèches, mais celui des carottes crues… Le concept derrière sous-entend – peut-être – de conserver aux aliments leurs vertus, fraîcheur et surtout leur goût originel et – peut-être – que mon palais n’est pas assez aguerri (ou trop dévoyé, c’est selon le point de vue sans doute), mais… on a tous rajouté au moins du poivre à nos assiettes.
  2. Il y avait deux ou trois choses franchement… improbables. Comme les lentilles cuites à l’eau et c’est tout… ou la panna cotta, alléchante, colorée et… insipide. Il y en avait d’autres totalement, absolument dé-li-ci-eu-ses! La tarte citron-avocat (oui, oui, avocat) à la texture fondante d’un cheese-cake: une tu-e-rie! Le tartare d’ortie: j’en veux, j’en veux, j’en veux! A la cuillère et à la louche.
  3. Je n’ai pas posé la question (et peut-être aurais-je dû), mais pourquoi n’ont-ils utilisé ni ail, ni oignon, ni romarin, ni thym serpolet (pour les lentilles, par exemple)? Sans ajouter ni sel, ni huile, on peut faire plus goûteux, c’est sûr.

En fait, ce qui me gêne le plus dans le… concept, c’est justement ça: c’est que ça ressemble plus à un concept qu’à de l’alchimie cuisinière et gourmande.

Publicités
 

One Response to “La cuisine comme concept”

  1. Melina Says:

    Contrairement à toi j’avais un peu (beaucoup) d’à priori sur la cuisine crue végétarienne. J’aime les légumes et les fruits mais pourrais difficilement me passer de – bonne – viande. Alors un bon tartare, oui, du 100% végétarien ET cru, ça ne me faisait pas rêver. Je dis « faisais » parce que, pour un sujet, j’ai testé un atelier de cuisine crue. Et, ce que j’ignorais, végétalienne. Autant dire que j’y allais à reculons. Et franchement, le résultat était à l’exact opposé de ce que tu décris. Du goût, de la saveur, des épices, rien de triste. Le vrai goût des aliments souligné par les bons assaisonnements. Bref, j’étais conquise. J’ai même refait plusieurs recettes depuis, c’est dire. L’adresse si jamais: http://www.lemarcheambulant.ch


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s