Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Pieds nus, traverser mon cœur de Michèle Guigon à Vidy jusqu’au 26 novembre 13 novembre 2011


« Critique » et digression

Suis allée au théâtre hier. A Vidy*. A Vidy. Oui. Ou la moyenne d’âge a chuté grâce à nous, quadras épanouis, bientôt quinquas encore plus épanouis (au niveau de la taille surtout). C’est dire.

Suis allée voir Guigui dans son dernier solo (elle préfère le terme à one-woman-show qu’elle jure être imprononçable). Michèle Guigon, donc, qui officie à Vidy dans Pieds nus, traverser mon cœur jusqu’au 26 novembre. C’est beau, c’est bien écrit, c’est drôle. Cette fille a un petit grain de folie bien agréable. Bon, c’est pas rigolo, rigolo de bout en bout. Non. Parfois, franchement, l’atmosphère est pesante. Mais les pirouettes qui cassent cette ambiance délétère sont nombreuses et sur scène, Michèle Guigon virevolte, badine, se moque d’elle-même et de nos travers, surtout d’elle-même. Et pose de bonnes questions: « POUR-QUOI le Botox? ». Son regard sur la vieillesse fait du bien. Aux vieux, c’est sûr, mais les jeunes présents dans la salle (si, si, y en avait!) riaient de bon cœur. Parfois un peu sentencieuse dans sa façon de nous faire partager sa vision du monde et de la vie, pas toujours assez audacieuse dans ses délires imitatifs du genre humain (ou de la mouche: elle fait très bien la mouche), cette fille-là a du talent. Et sur scène, elle est chez elle. Et du coup, nous aussi.

Bref.
J’ai aimé ce spectacle. J’ai passé un excellent moment à écouter cette quinqua assumée disserter avec intelligence sur la vie, la mort, la vieillesse et je me suis trouvée confortée dans mon idée que vieillir ne devrait pas être considéré comme faute capitale. Péché mortel. Néanmoins, je ne peux pas partager avec elle sa conviction que si le cancer a terrassé son père, c’est qu’il n’avait pas vaincu ses démons. Et que si le sien est arrivé dans sa vie, c’est qu’elle n’a pas fait les choses justes.

Allo? On va où, là? C’est quoi cette époque soi-disant individualiste où tout est de notre faute?
Tu tombes malade. Ta faute!
T’es au chômage. Ta faute!
Ton mari te bat. Tu l’as mal choisi. Un. Et deux, tu restes avec: ta faute!
Tes enfants tournent mal? Ta faute!
T’es pauvre? Ta faute.
Tu vieillis mal. T’as la peau flasque et les seins qui chutent? Ta faute.
Tu as été violée? Comment t’étais habillée déjà?

Que tu sois en fait victime de tes gênes, de la fatalité, de la connerie des uns (et des autres), de l’arrogance et/ou de la cupidité des mêmes ne compte pas. Tout est DE TA FAUTE. Certains disent même qu’on choisit ses parents. Ceux qui ont l’immense privilège d’avoir des parents tortionnaires s’en trouvent tout réjouis…

Bref.
Les vrais coupables (ceux qui licencient, battent, violent, t’empoisonnent) sont peu accusés. Ils sont au pire blanchis, au mieux, res-pon-sa-bles. Nous voilà bien avancés.

Bref.
Comme je suis pas critique de théâtre (comment ça, ça se remarque?), allez donc le voir et faites-vous votre propre idée sur le sujet. Que vous aimiez ou pas, vous ne perdrez pas votre temps. Et ça, c’est déjà bien, non?

* l’ANTRE des théâtreux à Lausanne pour les ignares non romands qui me lisent.

(PiedsNusTraverserMonCœurVidy)

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s