Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Ma première journée découverte des plantes sauvages 11 septembre 2011


Hier, j’ai passé une matinée dans la nature. Enfin, plus exactement, dans un pâturage à deux pas – à peine – de génisses un peu follettes qui semblaient bien heureuses de s’ébattre là. C’est qu’il faisait très beau pour ma première « Journée découverte des plantes sauvages » organisée par un cueilleur de Sainte-Croix (magnifique balcon du Jura vaudois). Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’y suis donc allée sans trop d’attentes. J’en ai tiré les leçons suivantes:

  1. Ne jamais omettre d’enfiler des habits propres chaque matin. Quelqu’un devrait le dire à la personne qui sentait la transpi à 8h30 du matin.
  2. Pas besoin d’aller bien loin pour trouver de quoi se sustenter. Qui plus est gratuitement. Le premier talus, remblai ou pâturage fait l’affaire (pour autant que, sur ce dernier, le paysan n’ait pas jugé bon d’y épandre du purin ou d’asperger d’herbicide les tiges de gentiane).
  3. On mange des trucs improbables. Franchement! Prenez la berce commune par exemple (à ne pas confondre avec la berce du Caucase, invasive et toxique). Tiges et feuilles sont rêches, râpeuses, épaisses; ça ressemble à rien. Mais qui aurait donc l’idée de bouffer ça? Et bien, le cueilleur nous en a fait un gratin de berces et patates à tomber par terre. Le chèvre suisse (une tuerie!) avec lequel il a gratiné tout ça y est certainement pour quelque chose. N’empêche…
  4. On trouve toutes sortes de plantes odorantes – qui se reconnaissent comme telles d’ailleurs – au nombre desquelles j’ai ramené des feuilles d’une menthe parfumée comme un thé marocain, des fleurs de thym serpolet qui, séchées, aromatiseront à merveille un ragoût et de la marjolaine (appelé aussi origan sauvage, les deux étant de proches parents) que je saupoudrerai sur ma prochaine pizza maison.
  5. J’ai pu cueillir et déguster mes dernières (probablement) fraises des bois de la saison.
  6. Je m’en vais de ce pas trouver d’autres cours avec d’autres cueilleurs/cueilleuses (histoire de varier les plaisirs). Parce qu’évidemment, ce cours-là n’était qu’une mise en bouche et a démontré (si besoin était) ma complète méconnaissance des plantes sauvages.
Publicités
 

2 Responses to “Ma première journée découverte des plantes sauvages”

  1. Melina Says:

    Il propose des cours « officiels » ton champion des plantes sauvages ou c’était rien que pour toi? Parce que ça m’intéresserait assez pour un petit sujet un jour. En tout cas je me réjouis que tu viennes dans ma montagne me montrer les trucs qu’on peut cuisiner 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s