Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Les médias infectés par un virus. Y a-t-il un vaccin? 6 septembre 2011


Vous ne connaissez sans doute pas le « magazine des médias » Edito+Klartext. Cet excellent journal regarde ses « collègues » depuis l’autre bord, celui où on les fait. Plus ou moins bien.  Sous la plume de Catherine Riva (cette journaliste indépendante qui a déjà mis une épine dans le pied de ceux qui voudraient vacciner toutes les filles contre le vaccin de l’utérus avec le livre LaPiqureDeTrop?), le numéro 4 s’intéresse de près à l’endométriose, une maladie « méconnue du public » et qui, de fait, jusqu’en mars dernier, ne signifiait rien pour les trois quart de la population suisse. L’endo…quoi? Depuis, toutes les femmes savent que leurs éventuels maux de ventre à répétition « pourraient » bien en être.

Cet étrange et soudain engouement de la presse helvétique n’a surpris personne. Ni les rédacteurs/trices en chef, ni les journalistes, ni les lecteurs/trices. Les experts qui parlaient étaient sérieux, le témoignage d’une femme en souffrant si éloquent qu’il ne pouvait être contredit (et ne doit pas l’être). Bref, l’info semblait bétonnée, sérieuse, fiable, pas noyautée par l’industrie pharmaceutique. Les journalistes du 24Heures, du Temps, d’On en parle pour la RSR et du Nouvelliste paraissaient objectives et consciencieuses.

Sauf que… bien sûr – comme à chaque fois (pratiquement) qu’on creuse du côté de l’industrie pharmaceutique, il y a un os. Voire deux. Trois? Allez, quatre!

  1. Si les médias romands, notamment, ont tout à coup parlé de l’endométriose, c’est qu’ils répondaient à l’invitation de l’agence de relations publiques pur pr, mandatée par … Bayer! Ha. Pourquoi pas?
  2. Si Bayer a fait appel à une agence de relations publiques, c’est qu’ils ont – ho, surprise! – un médicament à vendre. Ha. Tant mieux.
  3. Et si les journalistes mises en cause ici ont choisi les contacts obligeamment mis à disposition par le fabricant lors d’un « médi-apéro », c’est uniquement parce que les spécialistes proposés étaient « crédibles ». Bon. Apparemment, aucune n’a jugé utile de vérifier leurs éventuels liens avec l’entreprise pharmaceutique si « obligeante » envers la presse. Catherine Riva en trouve, elle, des liens entre les experts et Bayer… Mais, allez, ne chipotons pas puisque tous jurent disposer d’une indépendance infaillible.
  4. Et puis, in fine, si personne du côté des « experts » n’a trouvé bon de préciser que l’utilité du médicament que les journalistes – encore heureux! – n’ont pas nommé était… controversée, c’est qu’il manquaient de place! Ben, voyons. Prescrire, vous savez cette revue qui fout le b… dans le milieu (et c’est bon pour notre santé) dit même que le médicament n’apporte … aucun progrès. Ha. Curieux. Surtout si l’on sait qu’il est (mais non…) « entre deux et demi et sept fois plus cher que les pilules avec progestatifs déjà utilisées. » Ha, ben ça alors…

Catherine Riva conclut son papier ainsi:

Cet exemple, qui n’est malheureusement pas isolé, montre que les médias généralistes doivent se montrer beaucoup plus vigilants dans le traitement des sujets de santé, s’ils ne veulent pas relayer des informations lacunaires et biaisées (…). Il est urgent que les journalistes se forment à la question des conflits d’intérêts et se documentent sur les stratégies et les liens de l’industrie pharmaceutique avec les centres médico-universitaires et le corps médical.

On ne saurait mieux résumer la malheureuse situation actuelle.

L’excellent article de Catherine Riva dans Edito + Klartex, n° 4/2011, ici: MédiasInstrumentalisésPharma

Publicités
 

2 Responses to “Les médias infectés par un virus. Y a-t-il un vaccin?”

  1. Anne Berguerand Says:

    Hello Patrizia! Y a t’il un problème sur Facebook car je ne reçois plus tes publications? Et notre « amitié » n’existe plus! Je viens de le remarquer suite à la publication de ton article sur « La piqure de trop? »
    Excellent ton article, bravo encore une fois!

    Cordialement.

    Anne

    • essaipat Says:

      Je fais une pause Facebook. J’y ressentais une certaine lassitude, mêlée à un sentiment d’inutilité (que veux-tu, je suis une fille profonde, moi 😉 ). Bref…
      Par contre, je publie toujours et notamment contre ce satané vaccin dans le Vigousse du jour, par exemple 😉 Merci de me lire et à plus.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s