Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

La terre des mensonges d’Anne B. Radge aux éd. 10/18 26 mars 2011


Ça faisait longtemps que cela ne m’était arrivé: ne pas pouvoir m’arrêter de lire un livre. Le faire à contrecœur et sauter à nouveau dessus à la première occasion. Quant à lire un livre en deux jours, top chrono, je ne sais même plus à quand remonte la dernière fois. Et pourtant, des livres, j’en lis. Un paquet. Beaucoup. Tout le temps. Mais bien moins qu’avant d’être mère (je me demande pourquoi…).

Dès les premières pages, je me suis prise à trépigner et à presque geindre: « allez, allez, avance! » exhortais-je l’auteure. Il fallait que ça aille plus vite, il fallait que je sache où, quand, quoi, pourquoi. Mais il fallait bien aussi que l’auteure installe les personnages un à un. Une torture.

Ce livre, le premier de la « Trilogie des Neshov » m’a enchantée. Bon, c’est vrai, l’histoire se passe dans un coin de monde qui me fascine, la Scandinavie (plus exactement en Norvège que je m’apprête à visiter début juin). Mais ce n’est pas la seule raison qui m’a fait aimer ce roman. Il y a les personnages, le fait qu’ils sont tous barges à des degrés divers et que l’auteure arrive à rendre attachants même les plus improbables d’entre eux. Il y a Anna la mère tyrannique qui se meurt, ses trois fils qui, à part Erlend, homosexuel rejeté par le reste de la famille, sont de jolis petits cas psychiatriques, Torunn la nièce dont tout le monde ou presque ignore l’existence, le père fantomatique dans sa propre maison, le grand-père Tallak, décédé depuis des décennies, mais qui continue à marquer les esprits et à la disparition duquel la famille s’est désagrégée. Tout ce petit monde se retrouve – ou se rencontre pour la première fois pour certains – au chevet d’Anna. La confrontation ne va bien sûr laisser personne indemne et, surtout, révéler un bien étrange secret.

J’ai profité de la première occasion pour courir à la librairie m’acheter la suite, « La ferme des Neshov » et « L’héritage impossible ». La libraire m’a appris que seul le premier était paru en poche… Je ne sais si vous comprendrez, mais… je ne peux acheter la suite en grand format, car: un, je n’ai plus de place dans ma bibliothèque et, deux, impensable de mettre côte à côte deux livres qui vont ensemble, un en poche, l’autre pas… (Bon, hein, on a les TOC qu’on veut, hein?)
Et puis, ça m’a permis d’acheter autre chose. Quoi? « Elégie pour un américain » de Siri Hustvedt et « Rêves de garçons » de Laura Kasischke… La libraire a promis que la suite de la saga des Neshov devait sortir tout prochainement en poche. Alors, en attendant: au suivant!

Sur l’auteur
Anne Birkefeldt Radge est née en Norvège en 1957. Auréolée dans son pays d’origine des très prestigieux prix Riksmal (équivalent du Goncourt français), prix des Libraires et prix des Lecteurs pour sa « Trilogie des Neshov », (vendue à plus 80 000 exemplaires en France), (…) elle est traduite en 15 langues.

Publicités
 

One Response to “La terre des mensonges d’Anne B. Radge aux éd. 10/18”

  1. Isa Says:

    Une lecture coup de coeur pour moi et j’ai eu du mal à attendre les tomes suivants.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s