Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

De la soi-disant inocuité de l’aspartame… 3 février 2011

Filed under: Je cuisine,Revue de presse — essaipat @ 22:25

L’aspartame, un danger pour la santé?

Deux études, parues simultanément, relancent le débat sur la nocivité de l’aspartame, cet édulcorant artificiel largement utilisé dans notre alimentation (produits light) et même présent dans certains médicaments.

La première étude révèle que consommer de l’aspartame pourrait augmenter le risque d’accouchements prématurés et de cancers du foie et du poumon. Menée par des scientifiques danois auprès de plus de 59 000 femmes, les chercheurs ont mis en exergue les dangers liés à la consommation de sodas gazeux non sucrés, comportant des édulcorants. L’étude montre ainsi que les femmes ayant consommé ce type de sodas avaient, en moyenne, 38% de risque supplémentaire d’accoucher d’un bébé prématuré (27% avec un soda par jour, 35% avec 2 à 3 sodas consommés et 78% avec une consommation de plus de 4 sodas par jour).

Conduite par des chercheurs italiens, la seconde étude révèle que la consommation d’aspartame pourrait accroître le risque de cancers du foie et du poumon à long terme. Cette étude, menée chez les souris et les rats, corrobore les résultats de deux enquêtes antérieures. L’édulcorant a élevé les risques de tumeurs malignes chez les rats (mâles et femelles) ainsi que chez les souris mâles (mais pas les femelles) des chercheurs italiens. Deux de leurs observations inquiètent : l’apparition de tumeurs précoces chez les animaux traités dès la vie fœtale et l’apparition de tumeurs chez les animaux exposés à de faibles doses d’aspartame (des doses proches de celles de certains consommateurs aujourd’hui).

(…) A l’annonce des résultats des deux études récentes, l’Association Nationale des Industries Alimentaires (Ania) a réagi, insistant sur l’innocuité de l’aspartame, en s’appuyant sur ces fameuses réévaluations. « La présence d’aspartame dans les aliments ne doit pas inquiéter les consommateurs » a déclaré Jean-René Buisson, son président. De son côté, l’Association Internationale des Edulcorants (ISA) a également contesté les résultats des deux enquêtes, arguant que l’édulcorant reste « l’un des produits alimentaires les mieux étudiés au monde« .

Mais cela suffit-il à prouver l’innocuité de l’aspartame? Et comment expliquer qu’une grande partie des études affirmant cette innocuité ont été financées par l’industrie alors que celles de chercheurs indépendants mettent en doute ce produit?

Ainsi, en 1996, le psychiatre américain Ralph Walton, se lance dans l’analyse des études produites sur l’aspartame. Il met en évidence que, sur 166 études, 100% de celles financées par des fonds privés (industries agro alimentaires) attestent l’innocuité de l’aspartame, alors que 92% de celles financées par des fonds publics identifient un problème avec le produit.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) entend bien se saisir du dossier. Elle a annoncé qu’elle allait examiner « sans délai » ces nouvelles études scientifiques mettant en cause l’aspartame. Elle est rejointe par les chercheurs, qui réclament également une nouvelle évaluation des dangers provoqués par l’aspartame et autres édulcorants. (…)

Près de 6 000 produits contiennent de l’aspartame, parmi les plus connus : les boissons dites « light », certains bonbons et chewing-gums, ou encore certains chocolats et yaourts light ainsi que de nombreux produits minceur… Par ailleurs, près de 500 produits pharmaceutiques, dont des sirops pour enfant, en contiennent également.

Pour savoir si un produit contient de l’aspartame, regardez son étiquette: la mention « aspartame », « E951 » ou « nutrasweet » signifie que l’édulcorant entre dans la composition du produit.

Diane Mottet pour Femme Actuelle du 24 janvier 2011 (Aspartame)

ASPARTAME Prudence pour les femmes enceintes

Les femmes enceintes devraient-elles supprimer les sodas, chewing-gums, yaourts « ligth »… édulcorés à l’aspartame? Deux études scientifiques publiées ces dernières semaines incitent à la prudence. (…)

Au point que l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) va les examiner « sans délai ». En attendant, mieux vaut un peu de sucre ou de miel dans son dessert et un déca sans sucrette.

Isabelle Duriez pour Elle, n° 3395 (semaine du 21 au 27 janvier 2011)

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s