Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Plaidoyer pour un autre journalisme 14 janvier 2011


Je n’aime pas l’actu telle qu’elle est définie par la majorité des médias: de l’action, de l’exhibition, du sensationnel, de la mauvaise nouvelle.

Dès lors, la télé me sert à visionner films, séries (rhâââ le pouvoir des séries sur une âme de midinette!) et documentaires qui sont une source inépuisable d’enseignements. Je n’y regarde jamais les infos. Pourquoi faire? Pour entendre ce que je sais déjà, l’ayant déjà lu sur la toile? Pour n’y apprendre rien de plus? A la radio, je suis monomaniaque et n’écoute pratiquement que Médialogues, Impatience et Forum sur la TSR. Grande lectrice, je m’informe via livres et presse écrite principalement. Or, ce que nous sert celle-ci dans sa grande majorité ne me nourrit guère:

  • Relatés pourtant en quantité abyssale, les faits divers sont rarement représentatifs de ce que vit (ou subit) la majorité des gens. Les faits divers ne sont le plus souvent qu’anecdotes, ne servant – en fait – qu’à alimenter la paranoia des simples d’esprit. Les pages people (toujours plus étoffées, toujours plus nombreuses), quant à elles, me gavent au plus haut point, tant l’info qui y est servie ne sert à rien (et est totalement inintéressante, qui plus est)! A cela, on peut ajouter les fausses pages guide/conso/mag qui ne sont bien souvent que des vitrines publicitaires déguisées (on nous prend vraiment pour des cons).
  • Dans les pages culturelles, on « critique » les mêmes films, les mêmes livres, les mêmes disques d’un journal à l’autre. Ce qui est surtout le reflet d’attaché(e)s de presse talentueux qui réussissent à « vendre » leur produit au plus grand nombre de médias, tous supports et genres confondus. Quant au fait qu’on parle principalement de livres, films ou disques qui n’en ont nullement besoin pour être vendus… Comme pour l’actu, les choix éditoriaux (si choix il y a) semblent suivre la voie du racolage. Dans ce coin de pays, on réussit même le tour de force le dimanche de parler de ces mêmes livres, disques, célébrités et films dans les trois journaux vendus ensemble – et seuls à l’être – ce jour-là.
  • Les avancées technologiques qui pourraient (véritablement) servir le plus grand nombre sont traitées, le plus souvent, par dessus la jambe par les responsables éditoriaux. Toilettes sèches, thérapie par les asticots (beurk, d’accord, mais terriblement efficace), agriculture biodynamique, etc. ne font pas vendre, nous dit-on. Etrange, moi, c’est ce qui m’intéresse… allez comprendre (peut-être suis-je la seule).
  • Les enquêtes qui démontent les mythes, comme autour de la vaccination et de l’utilité des médicaments en prouvant que de graves conflits d’intérêts existent (entre les pharmas et les organismes chargés de prendre soin de notre santé), ne font pratiquement jamais l’objet d’un « papier maison » dans les journaux. A peine sont-ils relatés, quand ce n’est pas juste évoqués. Le bazar scandaleux qui a entouré la grippe H1N1 en est l’exemple parfait. Je peine à croire – comme je l’ai pourtant lu récemment dans un quotidien du coin – qu’on puisse encore exhorter les gens à se faire vacciner contre le H1N1. Absence de cerveau ou juste défaillance d’esprit critique?
  • Dans la presse, on lit trop de politique politicienne et pas assez – à mon goût – d’informations pourtant cruciales sur ce que font réellement pour la population les politiciens. Avec qui sont-ils plus ou moins maqués, qui les finance? Qui les instrumentalise? Qui les manipule? Quels conflits d’intérêts existe-il entre eux et des entreprises comme UBS, Le Groupe Mutuel, Helsana (etc.), les pharmas (encore eux) ou Nestlé?
  • Un des gros problèmes actuels de l’humanité est l’accès à l’eau et à une alimentation saine pour tout le monde. Or, qui relate les actions citoyennes et celles des ONG luttant partout pour le bien de tous?  Qui – à part Greenpeace, ProNatura, le WWF, la Déclaration de Berne, etc. – met à jour les exactions commises (ailleurs que dans les pays occidentaux) par Nestlé, Monsanto, BP, Shell, etc.? Qui leur demande des comptes, à part ces mêmes citoyens et ces mêmes ONG? Où sont les médias quand il s’agit d’alerter le public?

Ce que je constate, c’est que ceux qui occupent des journalistes professionnels sont dépassés par Internet et qu’ils ne s’attaquent que rarement aux multinationales. Ce qui prouve bien l’influence de celles-ci. Une citoyenne comme moi qui veut en savoir plus sur Monsanto, par exemple, surfera avec profit sur internet ou s’achètera un livre. Car ailleurs dans la presse écrite, elle ne trouvera quasiment rien. D’objectif. S’entend. Qui ne soit pas noyauté par une soi-disant communauté scientifique. Et c’est fort dommage puisque ce qu’on peut dénicher sur la toile va du pire au meilleur. Tapez donc une question de santé dans Google et regardez le résultat. Effarant. Or, dans la quantité de réponses, celles bêtes à pleurer sont innombrables. Il faut des journalistes pour trier l’information, la digérer et la régurgiter en termes simples à un public moins averti. Parce que non, pas tout le monde est capable de le faire. A chacun son métier! Il faut des journalistes dont c’est le leur de trier le bon grain de l’ivraie. Qui possèdent les outils pour le faire. Et qui passent l’info (et qui soient, accessoirement, capables de dire qu’ils ont été bernés par les instances officielles, cf. H1N1).

Mais il faudrait aussi des éditeurs de presse écrite capables de leur laisser le temps et la liberté de le faire.

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s