Patrizia a un avis sur tout

© Tous les textes et photos de mon cru m'appartiennent et ne peuvent être utilisés de quelque manière que ce soit et sur n'importe quel support sans mon autorisation expresse!

Le goût des pépins de pomme de Katharina Hagena aux éd. Anne Carrière 29 décembre 2010

Filed under: Extraits choisis,Je lis — essaipat @ 18:29

Puis vint le jour où elle ouvrit les yeux et constata qu’elle avait été délaissée en plein vol. Délaissée alors qu’elle était enceinte. Friedrich l’avait remarqué avant elle. Elle avait eu une gingivite et saignait d’ailleurs fréquemment des gencives depuis quelques temps. Elle se sentait très fatiguée aussi, mais elle se disait que cela venait de ses nuits agitées avec Friedrich. Sans parler des nombreux vols au long cours. Ses seins avaient grossi mais elle n’y avait pas prêté attention. Elle avait bien senti quelque chose mais ne s’en était pas préoccupée davantage. Friedrich ne disait rien, se contentait de la regarder. Un soir, il lui demanda où elle en était de ses règles. Harriet, à moitié endormie, haussa les épaules et ferma les yeux. Il la réveilla dans la nuit, se coucha sur son dos, la prit par derrière, tendrement mais énergiquement, et quitta l’appartement avant le lever du jour.

Une anecdote vieille comme le monde, non?

L’histoire d’Iris, la nièce de l’Harriet délaissée ci-dessus, est agréable à lire. Elle m’a fait voyager entre douces rêveries teintées de magie (pommes qui murissent en juin et groseilles rouges qui deviennent blanches d’un coup) et histoires universelles. De celles qui touchent tout le monde, voyez? Du genre de l’extrait ci-dessus, le type qui se barre quand il s’aperçoit que la miss avec qui il se délure est enceinte. Mais aussi du genre amours contrariées, coucheries, adultères et jalousies, tous événements propres à changer la face de l’histoire.

Je ne dirai pas que c’est un grand livre, mais j’ai eu du plaisir à le lire, à partager les hésitations d’Iris à accepter – ou pas –  la maison de sa grand-mère en héritage alors que sa mère et ses tantes vivent encore. A déambuler dans le paysage de son enfance: la maison et son jardin, les pâturages du nord de l’Allemagne, le lac noir, trouble, envoutant, l’écluse. C’est un livre plaisant qui se lit facilement et qui m’a fait passer un bon moment. Voilà. Si vous permettez, je m’attaque au suivant. Et c’est du lourd 😉

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s